Premier épisode des chroniques des Form’Actrices, on vous offre un flash-back en 2018 ! Pour cette « Opération : Hackathon » on vous promet du suspense, du trac, des rencontres #troupe #mercilequipe #barre #thanksgoditsmonday #tgim

Prologue : « On ne va pas seulement leur décrire ce que l’on fait, on va leur montrer comment on fait ! »

Depuis plusieurs mois, nous travaillons à un projet de formations à la communication et à la cohésion d’équipe par le théâtre. Nous sommes pleines d’idées, d’envies, d’énergie mais nous avons besoin maintenant d’une direction à donner à notre travail. Nous entendons parler d’un Hackathon [un hackathon ?!? qu’est-ce que c’est ?] organisé les 5 et 6 juin 2018 par le collectif What en partenariat avec Orange sur le thème « Femmes et formation professionnelle » : l’opportunité de donner un coup d’accélérateur à notre projet, de le confronter à d’autres points de vue, de rencontrer des personnes d’horizons différents pour nous aider à identifier ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, ce qu’il faut améliorer.

Nous nous voyons plusieurs fois pour identifier les mots clés de notre projet, les idées fortes, et les points sur lesquels nous avons besoin d’aide : nom du projet, logo, marketing, commercial, finances… Il reste beaucoup de choses à faire mais notre concept est là, nous savons où nous voulons aller.

« J’adore travailler avec Muriel… je suis confiante ! »

Hanaé

Pour annoncer notre couleur, nous avons préparé une présentation de 3 minutes sous forme de scène de théâtre : nous avons rédigé notre scénario, nos dialogues, nous avons répété, nous avons même des costumes.

« Pas des déguisements, au théâtre on dit costume, doit expliquer mon personnage à celui d’Hanaé »

Muriel

Nous préparons notre matériel : il faut que nous coanimions notre équipe comme nous coanimons nos formations : Muriel prépare quelques activités théâtrales pour entretenir l’écoute et l’énergie dans le groupe. Hanaé prend différents jeux pour faire connaissance, et stimuler la créativité. Notre boite à outils est prête, on peut y aller !

Dans le métro, nous faisons des italiennes (répétition du texte uniquement, vite et sans intention de jeu) nous avons le trac et adorons cette sensation !

Acte I : Eurêka !

La déception en arrivant, on nous annonce que nous n’avons que 30 secondes pour pitcher, et qu’il s’agit d’une formalité de présentation… la robe de Blanche Neige et la marionnette resteront au fond du sac. On décide de se concentrer sur la fin du pitch « nous, ce qu’on veut c’est… ».

Quand arrive notre tour nous refusons poliment le micro qu’on nous tend : on vend une formation par le théâtre, la moindre des choses est de porter la voix. L’important c’est de faire passer le message : on a besoin d’aide pour transformer les équipes en troupe, le stress en trac, jouer le jeu !
Nous jonglons avec les répliques, nous renvoyons la balle, nous sommes dynamiques et réussissons finalement à nous adapter et improviser.
Le public joue le jeu, on entend même quelques applaudissements à la fin… ouf !

On vient nous questionner, pour en savoir plus. C’est quoi votre projet ? Qu’est-ce que vous voulez faire ? Du théâtre ? Pour former ? En entreprise ?
Curiosité, enthousiasme, 1, 2,… 5 personnes rejoignent notre équipe. Et l’après-midi une 6e ! Il est temps de se mettre en route. Il y a beaucoup de documents à remplir, mais on va commencer par ce qu’on sait faire : un jeu pour se découvrir et identifier les forces en présence dans notre petite troupe.

« Notre équipe est ensevelie sous les polycopiés à remplir, je suis un peu inquiète car c’est un fonctionnement très scolaire et nous voulons rester créatifs. Je ferai de cette montagne de feuilles le décor de notre pitch de théâtre le lendemain. »

Muriel

Après une matinée de mise en route, nous entrons dans le vif du sujet l’après-midi. Notre équipe nous questionne : « c’est quoi votre concept ? », « ok, vous faites du sur-mesure mais il ne faut pas vendre une coquille vide », « c’est quoi votre proposition de valeur unique ? ».
Grâce à toutes leurs questions… « Eurêka ! »

« Le principal défi de ce travail sur notre projet est de repousser les cloisons : le métier de formateur a ses codes, son vocabulaire, ses mots préférés, ses organisations et moi là-dedans je nage en eaux troubles, c’est trop formel, ça manque de passion et de créativité (et pourtant ce mot là tout le monde l’utilise jusqu’à l’user). On nous parle de formation active et ludique mais en nous laissant assis… Mais Hanaé et moi, on ne peut pas rester assises, on ne veut pas que nos équipent s’ennuient, ou digèrent, alors toute la journée on joue !
Je m’aperçois en disant ça que je parle fort, que je m’agite, que ça me tient à cœur.

Muriel

« Je la regarde parler de troupe avec l’équipe et je réalise…
En fait c’est vraiment ça, l’essence de notre projet. C’est parce que j’ai rencontré Muriel et que j’ai vécu dans sa troupe que je n’ai plus eu envie de retourner au bureau le lundi un beau jour de 2014. C’est pour cette raison que j’ai créé Inspirer Expliquer et que j’ai décidé de faire de la formation mon métier à temps plein. Pour créer des formations avec Muriel, pour vivre la vie de troupe tous les jours. Et pour diffuser cet élan dans les organisations, dans les équipes, pour redonner du sens et du souffle au travail de groupe qui peut être si inspirant et énergisant. »

Hanaé

Le soir, après cette première journée, nous avons du mal à nous séparer, nous prolongeons au maximum la conversation, les idées fourmillent, les impressions fusent et surtout un constat : notre équipe est géniale.

Acte II : Ciel, mon pitch !

Hier, nous avons beaucoup pris les rennes, nous voulions donner la direction à nos échanges, le ton de notre projet.
Aujourd’hui, nous échangeons les rôles ! Pascale et Sami deviennent Muriel et Hanaé, les porteurs de projet.
En adoptant un point de vue différent, chacun fait le point sur ce qui a été dit hier et les cartes sont rebattues. Lyes devient notre référent agilité et le maitre du temps. Sami établit l’ordre du jour. Nous devenons les petites mains, nous nous laissons guider par la dynamique de cette troupe.

Grâce aux initiatives de Sami, notre équipe travaille en petits groupes, chacun a sa place, un objectif, un projet pour le pitch du soir, régulièrement nous faisons des points pour savoir comment ça avance : c’est organisé, fluide et en plus on s’amuse beaucoup.

« Le 2ème jour je me suis senti assez en confiance pour mettre en avant mes compétences de gestion de réunion, j’aurais donc aimé avoir fait ça dés le premier jour on aurait été vachement plus productif. »

Sami

Nous naviguons de surprise en surprise : la vidéo réalisée par Marie-Claude, le site conçu par Lyes, l’affiche créée par Sami. C’est beau, c’est vivant, c’est créatif ! C’est tout ça qu’il faut montrer dans notre pitch, c’est ça l’essence de notre projet : donner à chacun l’envie et la liberté de s’impliquer collectivement dans des projets, avec énergie, solidarité et créativité. Il nous semble même que nous sommes en train d’innover… mais chut, le mot est trop galvaudé !

Au moment de pitcher, l’équipe est réellement devenue une troupe. Et maintenant sur scène, on se chuchote « merde », nous ne sommes pas stressés : nous avons cette bonne trouille qui grignote le ventre, cet enthousiasme, cette hâte, cette excitation, cette forte impression… Nous avons le trac ! Et c’est bon ! Les trois coups retentissent.

« Le pitch s’est très bien passé. Chacun savait ce qu’il avait à jouer, les personnages étaient créés à partir de nous-mêmes et nous avions répété. En fait, c’est l’écriture plateau : à partir d’une idée on échange, on improvise, on garde l’essence, on le transforme en texte, en répliques, on l’apprend et on le joue. Après ce n’est pas compliqué, tout le monde peut le faire, pas besoin d’être Depardieu : il suffit de se rendre disponible, de se concentrer, d’avoir confiance en soi et en ses partenaires… et de s’amuser. »

Muriel

Épilogue : au boulot !

Une semaine après, il est temps de se lancer !
Nous nous revoyons et faisons le bilan. Notre force de travail, c’est notre duo. Nous étions à une étape de notre projet où nous avions besoin d’être rassurées par un regard extérieur #mercilequipe #mercilatroupe !

Nous revenons à notre objectif : créer notre formation. Cette expérience nous a donné un formidable élan pour le réaliser. C’est ça l’important, c’est comme cela qu’on travaille. Et dans cet élan nous avons entrainé des personnes rencontrées la veille (!) : donc ça fonctionne ! C’est la preuve que notre idée est bonne, viable, et qu’elle répond à une envie : travailler, créer, jouer ensemble.

« C’est pas pour faire QQ la praline mais plus les jours passaient plus j’étais content de ma décision de m’intégrer à votre groupe et je suis très fier d’avoir contribué au développement de votre concept qui m’a « inspiré » et m’a donné plein d’idées pour la suite. »

Sami

« J’ai nourri ma créativité. Et je l’ai utilisée au fur et à mesure des deux jours dans nos échanges. »

Pascale

« L’expérience de ces deux jours était passionnante. Je ne regrette pas de l’avoir vécue et d’avoir apporté ma contribution au projet. J’ai moi-même beaucoup appris. »

Alexandra

Cliquez ici pour devenir un super animateur grâce à Sami : testé et approuvé !

Cliquez là pour découvrir  la vision passionnée et enthousiaste de la formation par Pascale !


Alors, on travaille quand en équipe ?